Le radeau de la méduse : La vraie histoire

Le radeau de la méduse
Tout le monde connait le radeau de la méduse, célèbre tableau de Théodore Géricault peint en 1818. Mais connaissant vous vraiment l’histoire de ce radeau, savez-vous que c’est une histoire vraie ?

« Naufrage de la frégate La Méduse, faisant partie de l’expédition du Sénégal en 1816 « 

Ce livre est disponible gratuitement sur le site Gallica de la BNF « Bibliothèque Nationale de France ». C’est un livre rédigé par J.B Henrii Savigny qui était chirurgien de la marine et Alexandre Corréard qui était ingénieur Géographe. Ils ont été tous deux naufragés du radeau.
Frégate la MéduseLa frégate la méduse partit de l’île d’Aix 17 juin 1816 avec 240 personnes à son bord. Cette frégate était commandé par le Commandant Chaumareys. Voici la page Wikipédia du commandant Chaumareys pour en savoir plus.
Source de l’image : Wikipédia.
C’est une frégate qui a été construite en 1800, le bateau avait donc 18 ans quand il est parti pour cette expédition, relativement jeune pour l’époque.

 

Pour en savoir plus sur ce bateau, lisez la page wikipédia.
Je vous propose quelques notes que j’ai pris suite à la lecture de ce livre. Encore une fois, n’hésitez pas à regarder le site Gallica, vous y trouverez de nombreux documents passionnants et gratuits !
Le bateau suivit à peu près cet itinéraire « Madère,  salvage,  teneriffe,  cap bayados,  cap barbas,  golf saint cyprien, banc d’arguin… ».
Ile sainte croix
Épisode de la Baie de sainte croix île de sainte croix : Une fois arrivé sur cette île, l’équipage a assisté à une
coutume étrange qui veut que les femmes se postent devant leurs maisons pour accueillir les visiteurs avec passion et offrir leurs corps avec volupté devant leur mari. Leur religion appui cette tradition et aveugle les maris en leur faisant croire que cela est bien….
Vous y trouverez aussi des informations sur cette île.

Comment le naufrage de la frégate « La méduse » c’est-il produit ?

Le drame c’est produit suite à une erreur de jugement, une discussion s’engagea sur le fait que le bateau avait déjà dépassé cap blanc. certains pensait que oui, d’autre que non. Il ne faut pas oublié que nous sommes en 1818 et que les cartes n’était pas aussi précise que de nos jours. Un ex officier auxiliaire de la marine  a convaincu le commandant de virer au sud, et le commandant, suivit son avis. Le bateau s’est dirigé donc malheureusement vers le banc d’Arguin malgré les recommandations de certaines personnes.
Peu de temps après un officier faisant le point sur le cap prévient que le bateau se dirige dangereusement vers le banc d’Arguin mais encore une fois l’ex officier n’écouta pas et malheureusement, le commandant suivi ses conseils !
Le 2 juillet à 3h15 de l’après midi la frégate s’échoua sur le banc d’Arguin. Le banc d’Arguin est un immense banc de sable au large de la Mauritanie qui n’est pas fixe et bouge en fonction des marées donc difficile à situer clairement.

La vie sur le radeau de la méduse

Après quelques jours ou les marins ont essayés de remettre la bateau à flots, la décision fut prise de construire un radeau car il n’y avait pas assez de chaloupe pour tout l’équipage. C’est donc 147 personnes qui sont montés sur ce radeau. Pour que tout les bateaux puissent rester solidaire, les chaloupes étaient liées au radeau mais au bout de quelques heures chaque chaloupe décida de se désolidariser du radeau car celui-ci était un fardeau.
Malgré eux, les 147 membres du radeau ont été abandonnés. Vu le nombre de personne sur le radeau, il n’y avait plus de place pour de la nourriture. En partant, ont leur avait jeté un sac de biscuit qui tomba à l’eau ce qui en fit une pâte. Un peu d’eau et de vin…c’est tout ! 27 mètres de long et 7 mètres de large. Aucune carte à bord juste un matelot qui avait une boussole mais au bout de quelques heures, celle-ci tomba à l’eau…
La première nuit fut terrible avec une perte de plus de 20 hommes à cause du temps déchaîné et une houle terrible mais le radeau tient bon. La 2eme nuit fut la pire, avec en plus du temps, deux groupes qui s’affrontent un premier groupe devenu fou et qui tente de détruire le radeau pour mourir plus vite et le 2eme groupe qui combattent pour survivre. Certains se mette à mordre leur semblable, la folie est en train de gagner les rescapés Cette 2eme nuit vit la disparition de plus de 65 hommes. Plus que 60 hommes à bords !
La misère et la folie fut a son paroxysme lorsque certains commencèrent à dépecer des morts sur le radeau  pour les manger ils y découpèrent des tranches…d’autres qui n’y arrivant pas décidèrent de manger du linge voir des excrément … horrible situation !!!
La troisième nuit plus calme niveau temps, mais  comme le radeau s’enfonçait doucement les hommes étaient obligé de se tenir debout. Le quatrième jour pointa avec la perte d’une douzaine d’homme. 11 hommes vivants furent jeté par dessus bord et un gardé pour…..nourriture… lorsque le vin a été tout terminé l’urine le remplaça  !
Au bout de 13 jour, un brick a sauvé 15 des derniers survivant sur 147. Le brick s’appela l’argus. Ironie du sort la nuit suivant un feu de déclara à bord de l’argus le feu fut maitrisé.
13 jours les rescapés ont tenus 13 jours… Le radeau était à quarante lieu de l’embouchure du fleuve Saint Louis du Sénégal. Sur les 15 rescapés 6 sont mort des suites de leurs blessures a Saint Louis.
Si voulez en savoir plus sur l’histoire, lisez le livre et lisez aussi cette page: http://lesitedelhistoire.blogspot.fr/2011/10/le-radeau-de-la-meduse.html

Titre : Naufrage de la frégate La Méduse, faisant partie de l’expédition du Sénégal en 18165sur5
Auteur : J.B Henrii Savigny et Alexandre Corréard
ISBN :
Nombre de page : 204
La phrase en refermant le livre : Super, triste à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *