Ebooks, oui ou non ?

Faut-il passer aux ebooks ?

Cela fait maintenant quelques années que les supports pour lire des livres électroniques, les liseuses, ont fait leur apparition. Une liseuse est un appareil électronique qui permet de lire des livres numériques. La première liseuse est sortie commercialement en France en 1998. Cet appareil avait le doux nom de « Cybook » et avait été lancé par Jacques Attali et Erik Orsenna à travers la société « Cytale ». Aujourd’hui les liseuses sont nombreuses mais deux sortent du lot. En France, ce sont la Kindle d’Amazon (55% de part de marché) et Kobo (20% de part de marché) de la Fnac qui tiennent le haut des ventes. Ces appareils ont fait de nombreux progrès, notamment sur le confort de lecture, condition indispensable pour faire décoller ce marché. Fini les yeux explosés par l’écran, l’encre numérique permet aujourd’hui de passer du temps sur ces appareils dans un confort égal au livre papier.

 Quels sont les avantages des livres électroniques ?

Les principaux avantages des liseuses mis en avant par les constructeurs et les vendeurs sont les suivants :

  • La possibilité d’avoir sur un seul support plusieurs livres et ainsi de pouvoir partir en vacances avec un minimum d’encombrement littéraire.
  • Le format numérique nous offre un nouveau rapport avec les livres. Il est possible de rechercher des mots dans le livre, de surligner des passages, d’ajouter des notes personnelles. Pour les modèles connectés, il est possible aussi d’effectuer des recherches sur le net. Depuis l’explosion du WiFi de nombreuses liseuses sont aujourd’hui connectées en WiFi, ce qui augmente la sensation de liberté.

Ce sont les principaux avantages, mais est-ce que dans le quotidien ces fonctionnalités sont réellement utiles ?

  • Plusieurs livres sur un seul support : Oui c’est appréciable en cas de déplacement et d’encombrement.
  • La recherche interne dans le livre, là je suis moins persuadé. Mais tout dépend du type de lecture. Pour un roman, un policier, un SF ou autre je n’en vois pas du tout l’intérêt !
  • La recherche sur le Net, mais pourquoi le faire sur la lecture d’un Roman ?
  • Ajouter des notes, faire des marques pages, oui c’est sympa mais cela sert à quoi ?

Par contre pour des ebooks plus spécialisés, c’est à dire des documents d’études, des ebooks spécifiques sur la science, la nature, l’économie, la gestion personnelle etc… là oui, cela a un réel intérêt ! Ce support donne toute sa puissance dans ce cas.

 Franchir le pas, passer aux ebooks mais à quel coût ?

Combien coute un ebook ?

En moyenne, les livres numériques se vendent dans l’Hexagone 25% à 30% moins chers que leurs cousins en papier. Mais l’avantage des ebook est de pouvoir trouver de nouveaux auteurs, des auteurs différents pour une plus grande ouverture d’esprits. Ce qui n’est pas un mal !

Combien coute une liseuse ?

  • Pour la kobo vendue à la Fnac, de 79.90 à 129,99. Trois modèles disponibles en fonction de vos besoins
  • Pour la Kindle
    Kindle vendue par Amazon, les prix varient en fonction du modèle, de 80 à 180 € environ

Où en sommes-nous en France ? Selon une enquête consommateurs BAIN, à la question avez-vous déjà lu un ebook ? La réponse est OUI pour :

  • USA : 47% (3 ebooks lus par an et par personne)
  • Angleterre : 47% (3.3 ebooks lus par an et par personne)
  • France : 20% (0.9 ebooks lu par an et par personne)

1% des ventes de livres en France contre 17% outre atlantique !

Le nombre d’ebook lu par an et par personne est très faible et pas du tout rentable !

 Impact environnemental

Un autre avantage non négligeable est l’impact environnemental. Pour ceux qui sont sensibles à ce critère, cela peut être un argument de poids, un argument décisif. Mais là aussi, est-ce vraiment un bon argument ? Si on regarde l’analyse faite dans l’étude Cleantech, le bilan carbone pourrait être intéressant pour la Kidle d’Amazon à partir de 22,5 livres électronique lus. En effet, pour la fabrication, Kindle possède un bilan carbone de 168 Kg de Co2. La fabrication et distribution d’un livre utiliserait 7,46 Kg. Les livres sont évidement fabriqués à partir de papier, en France, 60 % des fibres utilisées pour la fabrication des papiers et cartons proviennent du recyclage. Les 40% restant sont issus de forêts gérées. En plus du papier, il faut de la colle (solvant…) et de l’eau (selon la même étude, dans les pays Industrialisé, la consommation d’eau est de 11% pour ce secteur).

Coté liseuses, il ne faut oublier que pour fonctionner elles nécessitent de l’électricité et en fin de vie la question du recyclage se pose…

Cela reste quand même un argument intéressant (certains utilisateurs d’ebook calculent même le nombre de pages économisé via l’utilisation des ebooks) mais il ne faut pas penser que cela nous fait économiser un bilan carbone …

 Les inconvénients des liseuses ?

Évidement, tout le monde pense au toucher, à la sensation d’avoir un livre, du papier entre les mains, d’avoir « l’objet » pour soi. Un livre papier est un bien matériel, un livre électronique ne l’est pas ! Il est toujours agréable de voir, physiquement, l’ensemble de ses livres dans une bibliothèque, ce qui n’est pas faisable avec le numérique. C’est un argument de poids, mais cela dépend vraiment des personnes. C’est le même débat pour la musique numérique et les CD. Personnellement, j’apprécie de voir nos belles bibliothèques physiques dans les salons, mais pour certains livres, l’avoir physiquement n’est franchement pas nécessaire. Et là aussi, je pense que selon le type de livre je pencherais plutôt pour un numérique ou un physique, tout comme les CD. Le débat à ce niveau est identique !

 Liseuses ou Tablettes ?

La sentence est tombée fin 2012, il se vend de plus en plus de tablettes ! Les liseuses ont eu du mal à se faire place dans ce monde et les ventes commençaient :
Entre 2010 et 2011, il y a eu +140% de liseuse vendues.
Entre 2011 et 2012 la tendance s’est inversée et est passée à 36%
Les tendances pour 2013 ne sont pas plus glorieuses puisque qu’elles sont encore négatives, -27% ! Pour les tablettes, il s’est vendu +98% de tablette en plus en 2012 qu’en 2011.(Source IHS iSuppli)

Reste que les tablettes, aujourd’hui, n’utilisent pas la fameuse technique du papier numérique comme technique d’affichage et donc passer du temps à lire sur des tablettes peut fatiguer la vue (comme sur un écran). Mais si vous avez bien lu le début de cet article, mon avis pour l’utilisation des ebooks est plus orienté vers des ebooks spécialisés, des rapports, des livres techniques. Ce genre de livres ne se lisent pas comme un roman, le temps passé sur une tablette à lire ce type de livre est donc moins important et ne risque pas de se fatiguer les yeux.

La fameuse convergence numérique que l’on nous promet depuis des années a du mal à se mettre en place et c’est un peu normal. Avoir un seul appareil pour tout faire et contenter tout le monde, ce n’est pas pour demain.

 La conclusion de tout cela ?

Il ne faut pas faire une croix sur les ebooks, je pense sincèrement que les ebook ont leur place. Acheter une liseuse et se priver des livres papiers, n’est à mon sens pas une bonne option, il faut peser le pour et le contre et chacun doit se faire sa propre opinion en fonction de son activité lecture. Une personne qui passe son temps en voyages, ou à bourlinguer dans le monde trouvera pratique et utile les ebooks. Une personne qui passe sa journée sur un écran pour son travail voudra certainement se poser en fin de journée et « toucher » du papier.

L’avenir des liseuses est à suivre de près avec l’explosion des tablettes donc avant d’acheter une liseuse, posez-vous les bonnes questions.

  • Quel est mon rapport avec les livres ?
  • Comment je lis ? Ou est-ce que je lis le plus souvent ?
  • Est-ce que les avantages des liseuses me seront utiles ?
  • Combien cela va me couter ?
  • Comment j’effectue le choix de mes lectures aujourd’hui ? Comment je le ferais demain ?

La fin du papier n’est pas pour demain, mais souvenez-vous de Newsweek (deuxième hebdomadaire américain d’informations) qui a arrêté son édition papier fin décembre 2012 !

Et vous, qu’en pensez-vous ? Faites nous part de votre avis, de vos expériences numériques…

5 commentaires sur “Ebooks, oui ou non ?

  1. Je suis une lectrice assidue si je puis dire, je lis en moyenne livres par semaine et c’est même devenue une addiction donc les livres j’aime mais quand ma maladie ma bloqué les épaules et empêché de lire tous les livres que je souhaitais, j’ai été contrainte d’acheter une liseuse, et bien elle ne me quitte plus j’en ai même une mini pour les salles d’attente !!! je lis toujours autant sinon plus et je découvre de nombreux écrivains que je ne connaissais pas avant Ma liseuse est un prolongement de moi, et je ne peux plus m’en passer

  2. Pour moi, le rapport au livre papier est irremplaçable. L’odeur des livres, leur poids, retrouver dans la marge l’écriture de votre grand-père avec une note de lecture. Le virtuel est cher pour ce que c’est, en réalité le lecteur achète du vent !

    1. Oui je comprends et je partage votre avis, c’est sur la base de ces arguments en fait que les ebooks ne décollent pas. Par contre je reste persuadé que c’est un état de fait, que le numérique est la, présent, et il a sa place dans certain type de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *